Tournage en Italie

10 juillet 2015 at 8 h 37 min
filed under culture

Nous étions dans un hôtel pourri de la banlieue de Milan, où on ne dormait pas toutes les nuits parce qu’en face, on démolissait un autre building. Il y avait du linoléum par terre, un extincteur d’incendie dans le couloir, et une salle de bains commune à l’étage. J’ai téléphoné à Serge d’une cabine qui avait une porte-accordéon en plastique (parce qu’il n’y avait pas le téléphone dans les chambres). Il m’a demandé comment était l’hôtel, je lui ai répondu «très modeste». Il est venu, mais quand il a vu l’endroit il était si furieux qu’il ne m’a plus parlé pendant trois jours. Finalement, il a pris une petite chambre avec un petit lit de métal pour pouvoir travailler. Et c’est là qu’il a écrit «L’homme à la tête de chou» – où on retrouve cet extincteur d’incendie avec lequel il avait certainement envie de m’assommer!

Les gags de Zidi

C’est là que Zidi a trouvé le gag du croque-monsieur sous le séchoir. Zidi réussit, ce qui est très rare, à trouver des gags physiques pour les filles. Il est arrivé très content un matin en me disant : «J’ai trouvé un gag pour toi». J’ai pensé que c’était tout simple, normal, il m’a dit : «Non, détrompe-toi, c’est le plus difficile». J’ai joué la scène avec ma copine Catherine Allégret. Moi ça me semblait un peu gros. Eh bien, je suis allée dans un cinéma voir si le film marchait bien. Dès qu’on posait le croque-monsieur, la salle se mettait à rire, à se rouler par terre, et j’ai pensé : «Sacré Zidi, il a bien raison». Les garçons c’est différent : Pierre Richard est très visuel, à mourir de rire. Pour les filles, c’est difficile sans qu’elles soient tout à coup très laides. Moi, je suis pour la laideur. Les filles qui se cassent la figure, Katharine Hepburn qui prend une gifle dans «L’impossible Monsieur Bébé» je trouve ça gonflé, on n’ose plus le faire. Dans le Zidi, il y avait des gags formidables pour moi. Il y a une chose géniale dans «La course à l’échalote», c’est quand la mouette me chie dans l’œil et que je dis «Ça commence bien!». Un bonheur !

no comments

Flux / trackback

respond