La galaxie de la terreur

21 mars 2015 at 8 h 19 min
filed under culture

La galaxie de la terreurIl s’en passe de belles sur la planète Morganthus le vaisseau spatial Rebus s’est écrasé, victime d’un champ magnétique mystérieux. Sur la planète Xercès, où règne le maître de la galaxie, on s’interroge, et on envoie un autre équipage à la rescousse. Arrivés sur Morganthus, les sauveteurs découvrent les corps atrocement mutilés des astronautes du Rebus. Dans l’impossibilité de repartir, ils s’emploient à découvrir l’origine du champ magnétique… qui n’est autre que leur chef, le maître de la galaxie lui-même. Celui-ci utilise ce subterfuge afin de se choisir un successeur. Cet héritier devant être imperméable à la terreur, il a imaginé une série d’épreuves épouvantables : sur Morganthus, les fantasmes les plus horribles se matérialisent. C’est donc contre leurs propres angoisses que les infortunés candidats devront lutter. Tout ceci est prétexte à une jolie collection d’effets spéciaux : la rencontre des créatures de cauchemar issues du cerveau des héros produisant une succession de scènes-choc, dans un crescendo de terreur habilement orchestré par Bruce Clark, jeune réalisateur de l’écurie du prestigieux Roger Corman.

Invasion des araignées géantes

Invasion des araignées géantesQuel est cet objet mystérieux qui est tombé du ciel aux environs d’une petite ville du sud des États-Unis ? Un météorite. Cette chose venue d’un autre monde a creusé un énorme cratère et, autour de la cavité, ont échoué des œufs qui éclosent bientôt en donnant naissance à d’immondes araignées. L’horrible invasion commence. Un des monstres, d’une taille gigantesque, sème la terreur dans toute la région et dévore tout crus quelques autochtones qui n’ont pas le temps de dire ouf ! Alors, la Nasa se décide à envoyer un savant qui sauvera vaillamment la situation. D’une rare pauvreté de moyens, ce petit film est un chef-d’œuvre de médiocrité à tous les points de vue. Il n’y a quasiment rien sur l’écran. Peut-être peut-on le voir comme un divertissement parfaitement kitsch ?

no comments

Flux / trackback

respond