Le prête-nom

novembre 21, 2014 at 8:04
filed under culture

Le prête-nomLe sénateur Mac Carthy et sa fameuse «chasse aux sorcières» sont devenus tristement célèbres. Aujourd’hui, le contexte de «guerre froide» s’est apaisé avec la fin de la guerre de Corée, la grande peur de contamination de la belle et pure Amérique est soudain apparue dérisoire après le Vietnam, et le maccarthysme n’est plus qu’un mauvais souvenir. Pourtant des hommes — des réalisateurs, des scénaristes et des acteurs — en ont souffert. Certains se sont même suicidés. Quand Mac Carthy et sa commission vous avaient inscrit, comme des milliers de gens du spectacle, sur sa fameuse «liste noire»… on se trouvait soudain sans travail et repoussé par ses grands amis d’hier. Cependant si on était scénariste, si on pouvait se trouver une «couverture» : un prête-nom, qui assume la paternité de ses scénarios, car on peut écrire chez soi, continuer à travailler sans être vu (ce qui n’était pas le cas des réalisateurs ou des acteurs), on pouvait arriver à survivre. C’est ainsi qu’Howard Prince (le personnage interprété par Woody Allen) va passer, en un jour, d’humble caissier de restaurant, de temps en temps bookmaker, à scénariste hollywoodien très en vue ! Simplement pour aider son meilleur ami écrivain, inscrit sur la «liste noire» et interdit de travail. Howard Prince c’est Woody Allen qui, pour la première fois, acceptait de jouer dans un film qu’il n’avait ni écrit ni réalisé. Et un rôle purement dramatique. Le film de Martin Ritt lui tenait très à cœur, surtout par le sujet abordé. Et Woody Allen y est un sublime prête-nom. Martin Ritt, le réalisateur (à qui l’on doit des films comme «Norma Rae» ou «L’espion qui venait du froid») voulait réaliser ce film presque autobiographique (puisqu’il fut «liste noire» et interdit de travail entre 1951 et 1957). Et, pour ce film, il s’est entouré de gens qui ont connu les mêmes problèmes que lui… Mis à part Woody Allen qui, à l’époque, n’avait que 16 ans. Une œuvre intelligente, touchante, courageuse. Une leçon d’histoire (et de morale) très contemporaine.

no comments

Flux / trackback

respond